Dessin de compassion

Dessiner le corps avec tendresse, c’est aussi actualiser un regard de compassion pour le corps et l’être humain dans tous ses états.

Pas difficile d’avoir de la tendresse pour une scène attendrissante.

Il y a d’autre images qu’on préférerait ne pas voir, ou encore qu’on aimerait mieux oublier, comme toutes celles qui nous rappellent l’extrême précarité dans laquelle vit une grande partie de l’humanité.

Et quand la misère touche en particulier les enfants, il est difficile de ne pas vouloir détourner le regard.

enfant-de-la-famine-1

Dessiner un enfant dans la détresse c’est déjà lui ouvrir les portes de son cœur.

C’est, sans sensiblerie, déjà lui dire : « Oui, je t’ai vu, et je ne t’oublierai pas ».

enfant-de-la-famine-2

Parce que le pire, c’est le regard de tant de personnes qui, attirés par la curiosité, s’agglutinent autour des images de misère relayées par les médias pour ensuite chercher à les évacuer instantanément dans des distractions et consommations !

Source des images : Photos de presse trouvées sr Internet

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s