Le corps en mal d’amour

Le corps est mal aimé

Le corps est rarement considéré avec tendresse et reconnaissance tout simplement pour ce qu’il est et pour tout ce qu’il offre.

Ce mépris implicite du corps est si bien intégré dans nos cultures qu’il nous paraît parfaitement normal.

Le jugement, le non-amour, la honte et la haine de soi, en particulier de son propre corps, affectent un grand nombre de personnes sur tous les continents.

Chacun en finit involontairement par projeter ce non-amour sur ses proches, sur ses voisins et collectivement sur les autres peuples, avec toutes les conséquences que l’on sait.

À tel point que l’on peut des demander à quoi ressemblerait la surface de la terre si l’être humain vivait en paix avec son propre corps ?

Et… si la survie de notre planète dépendait, en tant qu’êtres conscients, de notre relation au corps et à toutes les formes de vie incarnée…

L’être humain, que l’on dit « supérieur et intelligent » a une propension à la négation, à la domination et à l’exploitation de tout ce qui lui semble plus « bas et inférieur », les animaux, la nature et… son propre corps.

Jamais une espèce n’aura autant malmené le corps, que ce soit le sien en le soumettant à toutes sortes de jugements, de pressions, d’extrêmes et de sévices, ou que ce soit celui de l’ensemble des formes de vie, et même celui de la planète, en menaçant cette dernière d’annihilation.

Ce blog se veut un appel en images pour un rapport plus équitable, tendre et aimant entre « l’intelligence humaine » et le corps de vie.

Déconditionner le regard porté sur le corps féminin

De plus en plus de personnes prennent conscience des réflexes de jugement, de mépris ou d’idéalisation que chacun porte envers le corps. Ces réflexes, programmés au plus profond de notre regard, sont massivement entretenus par la publicité ainsi que par l’industrie du divertissement, de la mode, des produits de beauté et du conditionnement physique.

C’est le corps féminin qui reçoit le plus de pression en ce sens. Et si le corps de la femme est manifestement utilisé à titre d’objet de convoitise et de consommation, il est également aux premières loges du mépris et du rejet lorsqu’il est jugé inadéquat ou non-performant en fonction de cette consommation. D’où l’accumulation d’inévitables charges et blessures de mal amour.

Comment transformer cette blessure profonde de non-amour si ce n’est en ré-apprivoisant avec tendresse l’image du corps dans sa plus grande vérité et simplicité, en communion avec l’environnement naturel dont il est issu?

Très peu d’actions sont proposées pour transformer notre façon de regarder notre propre corps et en particulier celui de la femme, comme si le simple fait d’en prendre conscience et d’en parler pouvait dissoudre les blessures de non-amour créées par des siècles de convoitise et d’exploitation. Nous proposons de répondre à ces conditionnements millénaires par l’offrande d’une nouvelle façon de regarder, en incarnant l’amour et la compassion envers chaque être vivant, quelque soit son état.

La pratique sincère et répétée du dessin du corps humain sensibilise à la beauté inhérente à toutes manifestations de vie

Offrir gratuitement ce nouveau regard au corps féminin, peu importe son apparence ou sa condition, ainsi qu’au corps des enfants, hommes, couples et familles dans leur état naturel, en les dessinant avec amour et compassion, est une façon de contribuer au changement.