Archives du mot-clé espace

S’enrichir en créant de l’espace et du temps

Quelqu’un, à qui il était dit que la pratique du dessin est créatrice d’espace et de temps, s’exclama : « Nous sommes riches, nous allons faire fortune, tout le monde en manque! ».

Il référait au fait qu’à notre « époque de moins en moins d’espace et de temps », celui qui découvrirait une façon de produire de l’espace et du temps ferait rapidement fortune.

Si l’espace-temps créé par la pratique du dessin n’est pas extérieurement transférable ni monnayable, cette richesse n’en constitue pas moins un réel trésor, un peu à la façon de l’héritage « caché » dans le champ par le laboureur de la fable de Jean de la Fontaine *.

Un article pour nous inviter à découvrir les espace-temps insoupçonnés de la pratique du dessin.

Lire l’article : Créer de l’espace et du temps

 

Creuser un espace intérieur

 

dessin-creuser-4

Dans le même souffle, une autre démonstration de dessin pour apprivoiser cette pratique en guise de porte vers une dimension d’intériorité.

« Creuser un espace intérieur », c’est creuser un forme de grotte-refuge, à l’écart des bruits du monde extérieur et dans laquelle nous pourrons accueillir pleinement le sujet dessiné dans toutes ses dimensions, visibles et invisibles, sans être assujetti au regard mondain. »

Voir la démonstration

 

*Pour les personnes qui ne connaissent pas la fable du laboureur, la voici :

Le laboureur et ses enfants

Travaillez, prenez de la peine:
C’est le fonds qui manque le moins.

Un riche laboureur, sentant sa morte prochaine
Fit venir ses enfants, leur parla sans témoins
"Gardez-vous", leur dit-il, "de vendre l’héritage.
que nous ont laissé nos parents:
Un trésor est caché dedans.
je ne sais pas l’endroit, mais un peu de courage
Vous le fera trouver; vous en viendrez à bout
Remuez votre champ dès qu’on aura fait l’août:
Creusez, fouillez, bêchez; ne laissez nulle place
Où la main ne passe et repasse."
Le père mort, les fils vous retournent le champ,
deçà, delà, partout: si bien, qu’au bout de l’an
Il en rapporta davantage.
D’argent, point de caché. Mais le père fut sage
De leur montrer, avant sa mort,
que le travail est un trésor.

Dessiner, “en corps” et toujours

Nous reprenons le fil des articles sur la pratique du dessin du corps sur l’espace Au jour le jour

Dessiner un détail du corps

corps-nature-3-hachures

Il semble toujours y avoir plus urgent et plus important à faire que dessiner. Et pourtant,… un petit cinq ou dix minutes de temps en temps, sur le bord d’une table, une simple feuille de papier avec un crayon à mine, quelques traits de crayon pour apprivoiser un détail du corps… »

Accueillir les changements du corps
en dessinant

2-femme-assise

Sur le site en hommage au corps « différent », une nouvelle contribution d’Iris avec un médium inusité des pigments dilués à l’huile de coco! C’est le besoin d’accepter les changements de son propre corps qui l’a incité à travailler cette série d’images :

“Je constate que mon regard de dessinatrice est tellement plus ouvert et aimant et amoureux du corps humain dans tous ses états que le regard que je pose sur mon propre corps.”

Lire l’article

Sur Oser poser nu-e

Nous continuons à contribuer à ce nouvel espace consacré à l’apprivoisement du corps au travers de la pose nue. Plusieurs nouveaux articles y approfondissent différentes questions reliées à l’image du corps. Pour notre part, nous avons publié deux témoignages tirés du recueil numérique en préparation : « Nus, devant le corps nu » :

La pose pour le portrait nu – Témoignage et conseils

ainsi que : Oser dévoiler ses rondeurs, lequel a suscité plusieurs commentaires inspirés!

Les “hachures directionnelles”, une nouvelle démonstration sur Dessiner au jour le jour

Bulletin du 12 mars 2011

dessin-hachures-corps-0007 Dans la foulée de la réorganisation de l’ensemble du site de Dessiner le corps, Dessiner au jour le jour revient à sa première fonction : partager, de la façon la plus simple et informelle possible, le processus de dessin du corps tel que vécu, au « jour le jour », au travers de séries de dessins annotés. À l’affiche cette semaine, un exemple de rendu des valeurs au moyen de hachures enlignées sur la direction des formes et contours.

Pour l’amour de la différence – Nous relançons l’appel de textes et dessins sur le corps différent, hors de la norme, pour notre nouveau site consacré à la célébration de la diversité corporelle. Envoyez votre participation à dessinerlecorps@dessintraitdunion.net

Femmes, ouvrez votre cœur!

signatEn parlant de libération des stéréotypes corporels, un nouvel espace de participation vient de voir le jour! Intitulé, Femmes, mes amies, ouvrez votre cœur, ce site-blog est spécialement dédié au partage et à l’entraide entre femmes pour sortir de la tyrannie des idéaux de perfection corporelle.

Se présentant comme un espace interactif, ce lieu d’échange et de compassion se consacre aux témoignages de personnes qui traversent ou ont traversé des temps difficiles, un état de désamour envers elles-mêmes ou face à la vie. Le premier appel de participation et de partage est lancé sur le thème de :

“Barbie et moi”

Les lectrices et lecteurs sont invités à répondre à la question : Comment et pourquoi un bout de plastique aux proportions aussi invraisemblables peut-il représenter un idéal physique? Ce standard de « beauté », même s’il est totalement artificiel, a-t-il un effet sur vous? Voir le site de Femmes, ouvrez votre cœur
http://femmescoeur.wordpress.com/

Galerie des visiteurs et des invités

Georges Guillot nous fait une fleur!
…et qui de plus est, une rose blanche!

Georges Guillot, notre artiste-vedette de la nouvelle galerie consacrée aux visiteurs du site, nous a dédicacé sa dernière aquarelle représentant un bouquet de roses blanches. De plus, fidèle à notre approche de partage du processus de dessin, il nous a illustré et commenté la réalisation de son aquarelle, étape par étape. Voir Les roses blanches de Georges.

Appel de dessins sur le corps différent

Bulletin du 25 février 2011

Dans la série des nouveaux espaces-partage que nous sommes en train de créer, il y en a un qui nous tient particulièrement à cœur, c’est celui qui est consacré au « corps différent », aux corps hors de la norme et des idéaux de perfection inatteignables que nous nous en faisons.

Pour lancer ce nouveau site, nous lançons un appel de dessins représentant la beauté du corps accueilli et aimé dans les différences qui font qu’il est unique. Corps que la norme sociale considère trop petit ou maigre, trop grand ou gros, disproportionné, n’ayant ni la bonne forme, ni la couleur adéquate, ni l’apparence désirable, et qui font pourtant que la vie s’exprime dans son infinie richesse et diversité.

Aidez-nous à rendre hommage à la différence, envoyez-nous un dessin d’un corps hors-norme, que ce soit celui de quelqu’un d’autre ou le vôtre, que vous avez dessiné avec amour et tendresse! Faîtes-nous parvenir le scan ou une simple photo de votre dessin au dessinerlecorps@dessintraitdunion.net.

Lire à ce sujet les articles Normal, ou différent ? et Tout corps est un poème.

 

Le dépaysement au bout de vos doigts

Avez-vous remarqué comme le pouvoir évocateur d’un dessin, et même d’une esquisse, est différent que celui d’une photo?

image

La photo a sans aucun contredit une valeur documentaire inégalable. Mais pour véritablement « voyager », le dessin, les esquisses et même les croquis n’ont pas leur pareil. Nous vous invitons à aller voir la nouvelle série d’aquarelles de Georges Guillot dans notre galerie des invités et visiteurs, un voyage gratuit au cœur de la richesse patrimoniale française!

Et puisque nous parlons d’esquisses et croquis en France, nos vous suggérons d’aller voir, pour vous inspirer à la pratique, un joli petit site consacré au sujet : http://www.randocroquis.com

Le secret pour dessiner la vie

Le secret ultime se ramène toujours à une question de « présence » : Soyez pleinement là, en face du modèle ou de l’œuvre, non pas dans vos idées, rêves ou attentes, mais tout simplement en état de disponibilité de cœur et d’esprit.

Ce qui anime la démarche artistique de l’intérieur se ramène à un acte d’amour. Or il est impossible d’aimer sans être présent. Qui veut d’une amante ou d’un amant non présent, perdu dans ses pensées, principes ou rêves?

Lorsqu’en amour la personne qui vous fait face disparaît dans ses propres préoccupations, vous ne sous sentez pas vu! Il en va de même avec le modèle ou l’œuvre, il vous est impossible de réellement les voir si vous ne leur êtes pas présent, si votre vision est embuée par vos idées préconçues ou états émotifs.

Être présent, c’est voir, et voir c’est reconnaître.

Une fois que le sujet ou modèle est pleinement vu, reconnu et entendu, il devient possible de plonger librement dans la réalisation du dessin. Comme des comédiens qui n’ont plus qu’à habiter le personnage, ayant reçu et déjà profondément « compris » le scénario de la scène qu’ils ont à interpréter.

Tel que mentionné en ces pages, les artistes visuels sont un peu des « comédiens du dedans » (lire à ce sujet l’article Accepter de se mouiller, d’être partie prenante). Tout comme les acteurs ou actrices, ils incarnent le personnage représenté, sauf qu’ils le font dans un mode beaucoup plus intériorisé et apparemment moins démonstratif.

Dans ce processus d’incarnation d’une scène, d’un visage ou d’un corps, la personne qui tient le crayon s’appuie à la fois sur le reflet extérieur, l’image qui est renvoyée par le miroir du monde, et sur la rencontre intime avec l’être reflété, découvert cette fois-ci à l’intérieur de lui-même.

Et c’est là une des clés pour tout artiste ou artisan sur ce chemin de l’intériorité : la conviction absolue que l’être que l’on croit n’exister qu’en dehors de nous, est en fait déjà pleinement vivant à l’intérieur de nous.

Sans cette conviction, le comédien, romancier, ou artiste visuel est condamné à une incessante quête d’information supplémentaire pour alimenter un mimétisme voué à l’échec, n’arrivant jamais à engendrer un reflet satisfaisant de l’être représenté, l’ingrédient essentiel lui faisant défaut.

Peu importe le nom que l’on attribue à cet ingrédient essentiel : ce qui anime l’être par l’intérieur, sa présence, son âme ou son esprit. Sans cet ingrédient, la représentation de l’être est comme une coquille vide, une empreinte stérile, un fossile figé, un masque de plastique, une apparence dépossédée de sa vie.

Lire aussi à ce sujet Comment dessiner un être vivant.

 

Comment dessiner un être « vivant »

Dessiner un être vivant suit le même processus que la création de la vie. Pour engendrer un être vivant sur papier, cet être demande à être préalablement « accueilli » et reconnu en notre propre intériorité

La vie ne peut germer et fleurir sans avoir été accueillie. Sur le plan biologique, cet « accueil » de la vie débute par une planète « tendre », humide, qui reçoit en ses eaux les rayons du soleil.

Cette réception se réactualise lorsque la semence d’une espèce végétale est accueillie dans une terre perméable et fertile.

L’être humain, à son tour, ne peut s’élancer dans la vie sans avoir été au préalable accueilli dans les profondeurs matricielles d’une femme.

Il en est ainsi de l’engendrement d’un être vivant sur papier, lequel demande à être préalablement accueilli dans une âme tendre avant de pouvoir prendre vie sur papier.

Sans espace intérieur, sans la capacité de l’être humain d’accueillir la vie en son intériorité, et d’en reconnaître la présence vivante en dedans de lui-même, il ne pourrait même pas concevoir la possibilité de donner vie à cette présence au travers d’une œuvre.

Juste par sa capacité de nommer, une fleur, un animal ou tout autre être vivant, l’être humain a déjà reconnu l’existence de cette forme de vie en lui.

Ce processus d’accueil, de reconnaissance, de conception et d’accouchement sur papier est dans bien des cas relativement inconscient.

Lorsque qu’un petit enfant ou un adulte dessine une forme de vie, même machinalement quand ce dernier gribouille en parlant au téléphone, il accouche de ce qui a déjà été conçu et reconnu en lui.

Ce même processus, presque automatique et inhérent à la nature humaine, peut prendre de l’ampleur et devenir plus conscient au travers de la pratique artistique, à la condition de lui accorder un espace dédié.

Que veut dire un « espace dédié »?

Un espace dédié est un espace que l’on accorde consciemment à la forme de vie que l’on cherche à incarner.

Cet espace se mesure à la fois en termes d’espace physique et en termes de temps, offert autant intérieurement qu’extérieurement,

Un comédien, par exemple, peut consacrer des mois de présence presque obsessive au personnage qu’il cherche à incarner, à la fois en étudiant ses comportements extérieurs, et en même temps en le vivant de l’intérieur, comme s’il était lui-même dans la peau de celui-ci. Ce même personnage finit effectivement par prendre une grande place dans sa vie.

Certains peintres prennent tout autant de temps pour accoucher d’un simple portrait. Ils vont « porter » le visage de leur modèle avec eux dans l’ensemble de leurs activités, comme une femme enceinte porte son enfant en elle où qu’elle soit. Cet espace consacré à l’être représenté peut se signer sous diverses formes, par exemple en entretenant un cahier de croquis, en prenant le temps de faire des esquisses d’après modèle, ou en préparant soigneusement la surface d’une toile vierge qui lui destinée.

À l’inverse, le manque d’espace menace la vie, en commençant par toute forme de vie biologique. Aucun être vivant ne peut survivre s’il est confiné à un espace trop étroit pour le laisser croître. Appliqué au dessin, le manque d’espace limite à des actions de reproduction mécanique, compromettant la petite étincelle de vie qui fait la différence.

Pour revenir à l’essentiel de notre question, comment dessiner la vie?, la réponse au plus simple est : en lui accordant de l’espace!

Lire aussi à ce sujet Le secret pour dessiner la vie.