Archives du mot-clé technique

Études de rendu avec hachures et tonalités de peau

Au menu aujourd’hui,
quelques dessins de détails
pour mieux comprendre les techniques de dessin :

Deux nouvelles études de modelé du corps au moyen de hachures…

etude-hachures-2

…publiées sur le site de L’Atelier en ligne de Dessiner le corps

etude-hachures-5

 

…et une nouvelle démonstration de « dessin de tendresse » sur le site Dessiner au jour le jour.

 

couple-bras-3

« Les détails de couple enlacés ne sont pas toujours faciles à traiter sur le plan graphique, tout simplement parce que dans certaines poses il devient difficile de décoder quelle est la partie du corps qui appartient à quelle personne.

La solution graphique utilisée par beaucoup d’artistes au traves des époques pour faciliter l’identification des corps féminin et masculin, a été de démarquer fortement la couleur de peau de l’homme et de la femme. »

 

Lire l’article

Du dessin du corps féminin et des niveaux de profondeur…

Deux autres articles sur le thème de l’aventure intérieure du dessin…

Pourquoi le corps féminin est-il plus souvent utilisé comme sujet de dessin que le corps masculin?

La question est souvent posée et a même suscité des débats. Au-delà des choix culturels, personnels ou idéologiques, au-delà des explications psychologiques, quelques observations tirées de la pratique en atelier.

Lire l’article

 

En caressant le chat…

caresse-chat-5

Qu’est-ce qui fait la différence entre une imitation superficielle et une œuvre qui laisse transparaître des dimensions insoupçonnées de profondeur?

Avant de commencer un dessin, interrogez votre regard! Que voit-il? S’il ne voit qu’un objet extérieur, aussi séduisant soit-il, le dessin aura tendance à se limiter à une apparence extérieure.

Recherchez les « poupées russes ». Qu’y a- t-il en dedans ou en arrière de ce que vous voyez?

Lire la suite…

Retour à la pratique du dessin, ou comment se réconcilier avec « Pratica »

Quand, happé par les priorités de la survie matérielle, je quitte la pratique du dessin pour un temps, je me sens un peu comme un amant qui aurait temporairement tourné le dos à sa bien-aimée. Je peux difficilement revenir et reprendre la relation là où elle avait été laissée à elle-même, comme si de rien n’était.

En fait, je soupçonne ma pratique de dessin, appelons là « Pratica », d’être un peu jalouse. Quand je reviens la voir après mes péripéties mondaines, c’est rare qu’elle m’accueille les bras ouverts. Je dirais plutôt qu’elle me boude. La relation n’est pas facile. J’essaye de lui parler ou de faire un geste, mais elle ne me répond pas. Elle semble même insensible à mes tentatives de caresse.

Pas le choix, je finis par comprendre qu’il me faut retourner à la case départ. Lui donner du temps sans rien attendre d’elle (c’est ce que ma Pratica préfère). Elle veut que je sois tout à elle (très exigeante). Une fois réconfortée par mon attention exclusive (oui, exclusive), elle commence à s’attendrir et à se laisser séduire. Pour vous confier la vérité cela peut prendre plusieurs jours, et même plusieurs semaines, avant de gambader à nouveau main dans la main!

Arrêt obligatoire

détours incontournables

tâtonnements garantis

 

Nous préférerions toutes et tous « réussir » un dessin du premier coup, qu’il soit tout simplement extraordinaire! Malheureusement, il n’y a pas de truc ou raccourci garanti. Le processus de dessin est rarement linéaire. Il ne s’agit pas avant tout de se rendre du point « A » au point « B » de la manière la plus rapide possible. Ou du moins, si c’est ce que l’on fait, le dessin prend rarement la profondeur souhaitée. Il reste en surface, comme reflétant les limites du regard superficiel qui lui a été accordé.

Lire l’article

Pour illustrer ce parcours sinueux, parsemé d’embûches à surmonter, lire l’histoire d’un dessin en processus, recommencé à quatre reprises :

Tâtonnements, hésitations et reprises autour d’un visage endormi

visage-endormi

« Dessiner un visage endormi ramène à cette présence paisible qui émane de l’être lorsque celui-ci cesse de s’agiter. Peut importe l’âge de la personne qui dort, il y a toujours de l’enfance qui affleure du corps en repos.

La personne qui dort a d’une certaine façon déjà retrouvé son foyer de paix intérieur. Ce qui n’est pas nécessairement le cas de la personne qui est en train de la dessiner. »

Voir l’ensemble de l’article

 

Apprivoiser sa propre différence

apprivoiser-difference Une nouvelle participation au livre Nus, devant le corps nu. Cette fois-ci le modèle et l’artiste sont une seule et même personne, le regard porté sur le corps de l’autre devenant le regard d’apprivoisement de sa propre différence.

“…Je me souviens de cette session de photos. Je me sentais tellement mal dans ma peau à cette époque. J’avais peur de me dévoiler, je me sentais si coincée dans mes blessures, dans ma façon de me voir.

J’avais à la fois très envie de me dévoiler, comme pour me libérer de cette tension terrible et destructive que je portais au travers du regard porté sur moi-même. Mais c’était difficile, je devais combattre la honte, la honte de montrer mon visage et mon corps tel quel.”

Voir l’ensemble du texte et de la suite d’images

Les couleurs du corps dans l’eau, apprivoiser sa nudité et partage de références visuelles…

Bulletin vacancier du 15 août 2011

Une autre petite flânerie au bord de l’eau…

Bercée par les flots

bercee-350

Rendre toute les nuances et reflets d’une scène où le corps est immergé dans l’eau n’est pas toujours aisé. Selon la scène, on peut facilement compter une dizaine de jeux de tonalités! Un nouvel exemple de croquis avec rehauts d’aquarelle, sur le thème du corps au naturel dans l’eau.

Partagez vos cahiers de modèles sur le corps!

De tout temps, les artistes se sont échangé des « cahiers de modèles », références visuelles constituées de plusieurs études et dessins sur un même sujet, vu de divers angles ou dans diverses poses. Un nouvel espace-partage entièrement dédié au dessin du corps, avec des images prêtes à être imprimées en plein format. Nous vous invitons à envoyer vos propres feuilles de croquis, esquisses ou études sur le sujet!

Un premier partage : Une séquence de 10 dessins représentant un homme nu âgé sur le rivage et s’apprêtant à rentrer dans l’eau.

modele-nu-homme-400

 

Une contribution spéciale sur “Oser poser nu-e” :

LogoOserPoserNue-250 Tout le processus d’apprivoisement de la nudité raconté conjointement par le modèle et le photographe-accompagnateur (lesquels se sont par la suite épousés). Premier épisode d’un feuilleton à suivre présentant la démarche originale d’un couple belge. À lire!

Vous êtes invités à participer en laissant un commentaire ou en racontant votre propre histoire!

http://oserposernue.wordpress.com/